Warning: MagpieRSS: Failed to parse RSS file. (SYSTEM or PUBLIC, the URI is missing at line 1, column 48) in /home/racingfo/www/v2/libs/magpie/rss_fetch.inc on line 238

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/racingfo/www/v2/libs/fonctions.php on line 211

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/racingfo/www/v2/libs/magpie/rss_fetch.inc:238) in /home/racingfo/www/v2/render.php on line 265
FR3.5 : Interview Charles Pic - RACING FOREVER

TV

    FR3.5 : Interview Charles Pic

    “Cette année mon objectif, c'est le titre”


    Charles Pic vise la consécration en 2009

    Charles Pic a débuté sa carrière en sport automobile en 2006 par la Formule Campus (3ème, 2 victoires). Après une saison en Formula Renault 2.0 (3ème, 1 victoire), il a intégré le peloton de la Formula Renault 3.5 en 2008, année où il a été intronisé membre de l’Equipe de France FFSA Circuit.

    Pour la quatrième année de son cursus, le pilote de Montélimar participera à sa deuxième saison de Formula Renault 3.5, l’une des formules de formation les plus prisées par les aspirants au plus haut niveau. Vainqueur de deux courses la saison passée, dont une sur le juge de paix de la saison, l’intimidant tracé urbain de Monaco, devant le gratin du sport automobile (GP2 et F1), Charles rempile avec l’écurie française Tech 1 Racing au sein de laquelle il aura un nouvel équipier, le Russe Danii Move. Le membre de l’équipe de France FFSA Circuit a rajouté une corde à son arc cet hiver en intégrant le RDD (Renault Driver Development).

    Charles, non content d’être pilote FFSA, vous êtes désormais l’un des trois membres de l’école Renault RDD. Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

    Avoir la chance de faire partie d’une équipe aussi belle, de voir sa carrière associée à celle d’un constructeur, est sincèrement une grande opportunité. C’est une expérience fabuleuse dont je ne pourrai que bénéficier. Je pense que Renault m’aidera à progresser cette année, et les suivantes si notre collaboration se passe bien.

    Avez-vous une obligation de résultat ?

    Non, pas en tant que telle, pas formulée… (il réfléchit) Mais cette année mon objectif et celui de Renault, c’est le titre. C’est logique, ce sera ma deuxième année en Formula Renault 3.5 et je suis dans l’une des meilleures écuries du plateau.

    Comment se sont passés vos essais hivernaux en Formula Renault 3.5 ?

    Très bien, nous avons travaillé sur l’auto pendant six jours d’essai. Nous avions un beau programme de développement et il était très important de le mener à bien. Nous avons trouvé plein de choses intéressantes qui nous apporteront beaucoup cette année. Ces avancées ne sont pas essentiellement dues à l’évolution de la voiture, dont l’aérodynamique a progressé. En effet, nous avons fait un travail de fond ; l’année dernière, nous n’avions pas pu tester tout ce que l’on pouvait et l’on a donc poursuivi sur la lancée de la saison dernière et je dois dire que nous avons bien avancé. Nous avons fait du bon travail les quatre premiers jours, puis à Barcelone nous avons tenté de tout mettre dans l’ordre afin d’être prêts pour la fin première journée du championnat et pour voir où nous nous situons en termes de performance.

    La pluie a perturbé la dernière journée d’essais de Barcelone et vous avez percuté un rail très tôt le matin. Avez-vous tout de même pu passer en revue tout ce que vous vouliez avant l’ouverture du championnat qui aura lieu sur ce même circuit de Catalunya (18 avril) ?

    A Barcelone, nous avons bien progressé le premier jour. Le deuxième, je fais une erreur le matin, en sortant dans le virage 7 et je ne peux plus rouler de toute la matinée. Il est certain qu’il aurait été préférable de ne pas sortir et abimer l’auto, mais dans mon malheur j’ai eu de la chance car les conditions étaient inconstantes avec une alternance pluie/soleil qui fait que nous n’aurions de toute façon pas pu bien travailler.

    Vous avez signé le meilleur temps d’une des 2 journées de Jerez, Valencia et Barcelone. Vous avez fait le plein de confiance avant l’ouverture du championnat !

    Oui, la voiture marche bien et on est dans le coup. Mais il faut faire attention et surtout ne pas être suffisants. Il faudra attendre les premières qualifications pour savoir où nous nous situons réellement par rapport à la concurrence. Nos rivaux n’avaient pas forcément le même programme que nous au même moment et je pense que ce sera très serré en performance pure. Il faut rester très prudent, continuer à travailler et essayer de trouver un dixième de seconde ou deux grâce à l’auto mais aussi grâce à moi. Cela dit, je pense que si tout se passe bien, nous devrions être dans le groupe de tête. Au début du championnat, il faudra avant tout ne pas commettre d’impair et marquer des gros points à chaque course. Le set-up de base de l’auto me convient.

    Le championnat passera par deux nouveaux circuits, l’autodrome de l’Algarve et le Motorland. Comment comptez-vous vous préparer pour ces rendez-vous inédits ?

    On ne peut pas rouler sur ces circuits avant les courses et ce ne sont pas des circuits que l’on trouve sur des jeux électroniques de simulation. Je ferai donc un briefing technique avec mes ingénieurs, plus poussé que pour d’autres circuits où nous avons déjà nos repères. On s’attardera plus sur le pilotage.

    Vous avez toujours été l’un des pilotes les plus rapides des championnats auxquels vous avez participé, mais vous n’avez jamais remporté de titre. La gestion de la course en tête d’un championnat aussi médiatisé et compétitif ne vous fait-elle pas un peu peur ?

    Non, pas du tout ! L’important est de ne pas refaire les mêmes erreurs que l’année dernière. Les conditions étaient particulières et je pense que je manquais d’expérience. J’ai fait des erreurs en ne gérant pas toujours bien les évènements. Mais j’ai appris de mes erreurs et je ne les recommencerai pas. Je suis encore jeune et je tenterai de ne pas faire la moindre faute, mais le championnat parfait n’existe pas ! Un championnat se prépare pendant l’hiver et je pense que nous disposons d’une très bonne base. Il faut bien se concentrer sur les essais libres du vendredi et tout bien mettre en place pour être au maximum à l’abri des problèmes, même s’il y a toujours une part d’imprévu en course automobile. Il faut optimiser chaque séance, à commencer par les essais libres dont dépendent souvent les qualifications. Et puis il faut marquer le maximum de points, jouer la victoire lorsque l’on peut, sinon savoir se contenter de gros points.

    Le plateau semble particulièrement relevé cette année avec le champion F3 Grande-Bretagne (Jaime Alguersuari) et son dauphin (Oliver Turvey), ainsi qu’avec beaucoup de redoublants de talent.

    C’est sûr, le plateau est très relevé, c’est la raison pour laquelle il faudra faire le moins d’erreurs possible. Le championnat sera peut-être plus dur mais ça nous motive encore plus pour travailler d’arrache-pied et pour donner le maximum.

    Qui craignez-vous le plus a priori ?

    Je pense que Molina et Walker seront de sérieux clients. Chez les rookies, Alguersuari et Turvey seront à surveiller, peut-être Mansell occasionnellement.


    Source FFSA
     

    Commentaires

    Aucun commentaire : soyez le premier !

    Ajouter un commentaire

    Pseudo
    Commentaire
    Recopier le test ANTI-SPAM
    Recopier le texte de l'image ci-contre

    Dernières news

    Articles similaires

    Racingforever.com © 2004-2019 - Tous droits réservés • Notre équipeCharte du siteMentions légales